[News] [Curia] [Addresses]  [o.c.d.s.
 
Acta Ordinis 2000 Acta Ordinis 2002 Acta Ordinis 2003
Acta Ordinis 2004 Acta Ordinis 2005  

Acta Ordinis 2006 (3)

1. Santa Sede 2. Acta Ordinis 3. Acta Praepositus 4. Visita 5.   Maniales


Acta Praepositus

 

 

In occasione del 50.mo anniversario di Ordinazione Sacerdotale di P. Kieran Kavanaugh:

 

Reverend Father Kieran Kavanaugh, OCD

Washington Province

United States 

1 January 2006

 

Dear Father Kevin,

 

The Friars of your Province and of ICS have brought to my attention their desire to celebrate the work which you have done over the course of many years in translating the words and works of our Holy Parents. I wish to join my voice to theirs in acknowledging your significant and essential contribution to ICS and to the knowledge of the spirituality of Saints Teresa and John of the Cross in the English speaking world.

 

I have had the opportunity to meet you over the years in various circumstances. I know that in the course of more than 50 years of your priesthood you have served the Province and the Order in many positions and in different apostolates. It is, above all, your diligent attention to translating the works of Saint Teresa and Saint John of the Cross that will be your legacy. It is your testimony to the importance of Teresian Carmelite spirituality.

 

You begin this work together with Father Ottilio Rodriguez in 1958. Your first publication in 1964 was the first edition of the Collected Works of Saint John of the Cross with Doubleday Press. It seems to me fair to say that your work and the promise of continuing translations of Saint Teresa over the next decades (in the 1970=s and 1980=s) was a large part of the stability of the Institute of Carmelite Studies that enabled ICS to publish your translations of Saint Teresa.

 

In 2002 ICS published the first volume of Saint Teresa=s letters and in this current year of 2006 ICS will publish the second volume. This brings to fulfillment what has been the driving desire of your life, namely, to make the wisdom and insight of our saints available to a world in need. This apostolate that you have exercised over these years must have been at times exasperating and tedious, but I am sure, always challenging. The fruit of this work is not counted by the number of volumes printed or sold. It remains hidden. The real fruit is in the number of persons who discover the Apower to converse with none other than God.@

 

Congratulations Father Kieran, and in the name of the Order of Discalced Carmelites, I thank you for your significant contribution to the culture of our Order. 

 

Luis Aróstegui, OCD, Superior General 

 

Roma, 10-02-2006

 

 A     Sua Santità

PAPA BENEDETTO XVI

Città del Vaticano

 

 Beatissimo Padre,

 

Come Preposito Generale dell=Ordine dei Padri Carmelitani Scalzi sono lieto di informare la Santità Vostra delle celebrazioni in onore della Beata Elisabetta della Trinità, in occasione del Centenario della sua morte, avvenuta il 9 novembre 1906.

La Beata Elisabetta, vissuta nel Carmelo di Dijon (Francia) ha lasciato alla Chiesa pagine di illuminante dottrina spirituale e di esperienza profonda dell=inabitazione della Trinità e così molti studiosi e anime fervorose hanno trovato in lei uno stimolo forte per la loro vita di fede; tra i più illustri ricordiamo il Cardinale Hans Urs Von Balthasar.

Nell=anno corrente desideriamo anche ricordare i primi Cento anni dell=erezione della Chiesa e della Parrocchia di S. Teresa d=Avila al Corso d=Italia (Roma) voluta dal Suo Predecessore S. Pio X; perciò l=Ordine e la Comunità parrocchiale intendono collegare queste due ricorrenze con una serie di iniziative liturgiche e di animazione spirituale.

Il Centenario inizierà il giorno 11 giugno prossimo, solennità della SS. Trinità, a Dijon con una liturgia presieduta dal Vescovo della Diocesi e nella stessa data anche nella Basilica-Parrocchia di Santa Teresa in Roma.

Beatissimo Padre, a nome di tutti i Religiosi, le Religiose e i Laici Carmelitani vengo a chiedere la Sua paterna benedizione apostolica per l=intera nostra Famiglia religiosa, perché tutto si compia nel nome del Signore, per il bene della Chiesa-Madre e per il servizio ai fratelli nella fede.

Le offriamo le nostre preghiere perché il Pastore Supremo guidi i Suoi passi e la Sua parola nella via della pace.

Con sensi di filiale ossequio -  

 Fr. Luis Aróstegui, OCD, Preposito Generale 

 

In occasione della traslazione dei resti mortali di Suor Lucia dal monastero di Coimbra al Santuario di Fatima: 

 

DESPEDIDA DE LOS RESTOS MORTALES DE LA HERMANA LUZIA, TRASLADADOS DE COIMBRA A FÁTIMA

 

Queridas hermanas carmelitas del monasterio de Coimbra queridos hermanos carmelitas, reunidos el 18 de febrero del 2006, en la capilla de Coimbra para despedir los restos mortales de nuestra Hermana Luzia, que serán trasladados el día siguiente de Coimbra a Fátima: El Señor resucitado, esperanza nuestra, esté con vosotros.

Hace un año fallecía la Hermana Luzia, testigo del mensaje de la Madre de Misericordia de Fátima, tras haber vivido muchos años en el Carmelo de Coimbra. Su muerte tuvo eco no sólo en la Iglesia y el pueblo de Portugal, sino en la Iglesia universal. Con un sentimiento cordial muy particular en la familia del Carmelo. Con una intensidad no comparable en su comunidad de Coimbra.

Durante este tiempo su memoria lejos de esfumarse, se ha mantenido viva, se invoca entre los fieles la intercesión de su bondad, y se manifiestan deseos de verla venerada por un reconocimiento eclesial de la santidad de su vida.

En este momento en que sus restos mortales serán trasladados al Santuario de Fátima, al lugar del mensaje mariano, junto a Francisco y Jacinta, la familia del Carmelo se siente de nuevo unida junto a su memoria, quiere acompañar espiritualmente el traslado de sus restos, y rodea con gratitud y afecto a la comunidad de nuestras hermanas de Coimbra.

Sin duda su cuerpo hubiera podido descansar también en la capilla o en el jardín del monasterio de Coimbra, allí donde ella oró, trabajó, cantó y amó. Allí donde el mensaje de Fátima de oración, entrega y compasión se vivió día a día con la mayor sencillez y naturalidad. Ello hubiera tenido un sentido pleno, pues hubiera mostrado de más cerca el modo como ella realizó personalmente la misión recibida.

Pero aceptamos que Luzia pertenece también siempre a Fátima, al lugar mariano, donde descansan las reliquias veneradas de sus dos primos que compartieron la extraordinaria experiencia, el lugar del origen de todo, en cierto modo también de su vocación carmelitana.

 

Especialmente a vosotras, nuestras hermanas de la comunidad de Coimbra, se os pide este desprendimiento final. Sabiendo, sin embargo, que en el desprendimiento generoso tenéis la bendición de vuestra hermana Luzia, y la seguridad de su presencia espiritual incluso más transparente.

Vuestra comunidad es el testimonio perenne de su vida. Nadie ni nada puede sustituir este testimonio. Ahí se guarda el tesoro de sus notas y escritos y recuerdos, se guarda no menos su memoria viva entre vosotras, la voz silenciosa de su espíritu tan sencillamente evangélico y humano.

Ella que, fiel al mensaje de amor de Fátima, vivió para la Iglesia y para el mundo entero, lo hizo en el Carmelo Teresiano, cuyo carisma abraza expresa y ardientemente la Iglesia y la humanidad. Lo amó como su casa y familia para siempre, de un modo concreto y encarnado. Nos tuvo en verdad como hermanas y hermanos.

Esta su fidelidad fraterna es para nosotros una invitación a nuestra propia fidelidad generosa en la vocación. La sentimos como un aliento interior del Espíritu. Por eso la acogemos siempre con agradecimiento y gozo. 

Roma, 16 de febrero 2006 

 

  Luis Aróstegui,   Prepósito General OCD

 

 

In occasione del 25.mo anniversario della creazione della Provincia di Karnataka Goa:

 

8th March 2006

 

Fr. Dominic Vas, OCD, Provincial Superior

Carmelite Provincialate

Bangalore  

 

Dear Father Dominic,

 

I am delighted to be able to congratulate the Karnataka-Goa Province on its silver jubilee this year. I thank God for the many blessings he has bestowed upon your Province. You have done so much in such a relatively short space of time, ever since my predecessor, the V.Rev. Fr. Philip Sainz de Baranda erected the Province on 12th March 1981. I would like to recall the first Provincial, Fr. Nemesio Alzola, of the Navarre Province, who guided your first steps as a new region with hope and love.

 

From humble beginnings you have grown rapidly in the number of friars and communities. When you started out you had but 3 communities, and today you are thriving with 22 in India alone. Besides these you have communities in Italy, South Africa and Tanzania, where you have no less than six; these I had the joy of visiting recently and was impressed by what I saw. Friars from your Province are also serving in many countries throughout the world, not least in Rome, at the service of the entire Order.

 

The Province is to be congratulated not only for its missionary zeal but also for its commitment to the apostolate of prayer, as evidenced by the spirituality institutes, retreat houses and centres of prayer that you run; never forgetting those individuals who day in and day out lead quiet lives of prayer. I would also like to commend your Province for its response to the needs of the poor and needy whom you serve, by providing then with education and welfare. All this augurs well for the future and for this reason I exhort you to continue forming vocations, on a level that is both deep and personal, in the doctrine and life of the Spirit.

 

On this your silver jubilee I want you to know that the Discalced Carmelite Order throughout the world joins me in giving thanks to God for what you have achieved over these past 25 years, and for what you will surely achieve in the future.  

Yours fraternally in Carmel,

 

Fr. Luis Arostegui O.C.D., Superior General.

  

 

In occasione dell=inaugurazione dell=Istituto di Spiritualità della Provincia di Tamilnadu:

 

Rome, April 20, 2006

 

Inauguration of the Institute of Spirituality at Gandarvakottai, Tanjavur

 

You have given me the privilege and joy of inaugurating today the Jeeva Jyothi Centre of Spirituality of our Province of Tamilnadu here in Gandarvakottai.

 

Our Carmelites of Tamilnadu are committed in serving the Church and the Order in different fields of the apostolate, being generous especially in the essential work of evangelization and programmes which support the poor. I thank you for this availability and dedication and I do encourage you in this, as the love of Christ urges us.

In this context, the new Institute of Spirituality comes as a response to a deep need of the Church in Tamilnadu and for yourselves and your people. While you are committed to the evangelization and promotion of your people, you feel the need also to have that deep experience of the nearness of God manifested in the humanity of Jesus himself.

 

The last General Chapter document reminds us that, AOur communities, centered on God as the Absolute, should be schools of prayer which continue to transform their members into true contemplatives, capable of discovering God=s intimate presence both in what happens in people and in our world, in what is positive and negative, a God who questions and pleads with us. Such authentic contemplation will be capable of revealing the face of God the Father of our Lord Jesus Christ to people who are struggling to find him. As members of the Teresian Carmel we ought to try to diffuse love and knowledge of this God encountered in prayer, who also leads us to be committed to justice and peace (Journeying with St. Teresa of Jesus and St. John of the Cross, 65).

 

It is my hope and prayer that this House will help you in your life and apostolic commitment. It will remind you of the necessity and delight of being rooted in the experience and doctrine of our holy parents and our great saints; also the need to renew our search for the face of God and our Lord Jesus Christ. It will try to answer the spiritual and human needs of your Church and people, by studying, living, sharing the Christian and Carmelite spirituality and religious experience of your people. It has to be, no less, the place where the people gathering here will learn that an intimate relationship with God, in Christ, is in itself an experience of the dignity of the human person, of all persons and peoples.

 

Therefore, this Institute of Spirituality is to be seen in close relation to your apostolic efforts and that of the Church in favour of its people, especially the poor. In fact, Athe contemplative and prayer dimension of Carmel ought to be lived and presented as an opening to the transcendent, as a source of commitment and hope in efforts to transform the world, as a way for ecumenical and inter-religious dialogue according to the various social and cultural situations@ (Journeying..pg.61).

 

It is my wish that this Institute of Spirituality be a fervent Centre of animation according to the spirit of Jesus: a spirit of the new loving relationship with God and a spirit of a new humanity of justice and peace.

 

I congratulate and thank our Province of Tamilnadu, and its Provincial, Fr. Maria David, as well as the former Provincials, Frs. Peter Soosai Raj and Periyanayagam.

 

With these sentiments and wishes, I hereby inaugurate this Institute of Spirituality. 

 

Fr. Luis Arostegui Gamboa, O.C.D., Superior General


Al Signor Cardinale Angelo Sodano, Segretario di Stato:

 

Roma, 16 giugno 2006

 

Eminenza Reverendissima,

 

Con la presente vengo a ringraziare tramite Lei il Santo Padre per il dono di un quadro con un grande medaglione raffigurante Santa Teresa di Lisieux, Dottore della Chiesa, fatto pervenire alla Pontificia Facoltà Teologica del Teresianum tramite la Prefettura della Casa Pontificia.

 

Colgo l=occasione per esprimere anche il senso di devozione per il Papa Benedetto XVI1, per il Quale tutta la nostra Famiglia Religiosa è impegnata ad offrire preghiere e sacrifici per il Suo alto ministero nella Chiesa universale e nel mondo.

 

Voglia, Eminenza, gradire i miei più deferenti ossequi

 

Fr. Luis Aróstegui Gamboa, OCD, Preposito Generale

 

A Sua Eminenza Reverendissima

il Signor Cardinale Angelo Sodano

Segretario di Stato

Città del Vaticano 

 

Célébration du Centenaire de la mort de la bienheureuse Élisabeth de la Trinité

 

Eucharistie au Carmel de Dijon à Flavignerot, le 17 juin 2006

 

Homélie

 

1. Témoin de la Présence divine

 

a) Une vocation contemplative.

Élisabeth de la Trinité est un témoin de la prière, elle est une âme contemplative. Sa personnalité, son caractère, sa psychologie se prêtait naturellement à la contemplation : une nature d=artiste qui sait saisir la beauté de la nature tout comme de la musique et qui en éprouve une joie profonde.


Mais elle a reçu la grâce de développer cette capacité naturelle de la contemplation dans une dimension théologale, c=est-à-dire une manière de voir et de sentir profondément les événements, les personnes, la réalité tout entière, et aussi une capacité de vivre, toute "fixée", libre et aimante, les mystères de la foi chrétienne.

 

Elle a eu la grâce de découvrir simplement et comme naturellement le mystère qui habite le coeur de tout baptisé, la présence en lui du Dieu vivant : Père, Fils, Esprit-Saint. En Élisabeth, cette réalité de la Présence est devenue sa vie, toute sa vie devenant prière. C=est une conscience toute simple de cette Présence, découverte et accueillie avec le regard intérieur de l=amour. Cette Présence a transformé sa vie lui donnant une plénitude :

ANous portons notre Ciel en nous puisque Celui qui rassasie les glorifiés dans la lumière de la vision se donne à nous dans la foi et le mystère, c=est le Même! Il semble que j=ai trouvé mon ciel sur la terre puisque le Ciel c=est Dieu et Dieu, c=est mon âme. Le jour où j=ai compris cela, tout s=est illuminé en moi et je voudrais dire ce secret tout bas à ceux que j=aime afin qu=eux aussi, à travers tout, adhèrent toujours à Dieu, et que se réalise cette prière du Christ : >Père, qu=ils soient consommés en l=Un!=...@ (L 122, 1902).

 

Sa vie a été la recherche ardente de communion toujours plus profonde avec les Trois Personnes de la Sainte Trinité.

ADans la matinée, il me fut dit au fond de l=âme : >Si quelqu=un m=aime...= (Jn 14, 23). Et au même instant, j=ai vu combien c=était vrai. Je ne saurais dire comment les Trois Personnes se sont révélées, mais pourtant je les voyais tenir en moi leur conseil d=amour et il me semble que je les vois encore ainsi. Oh! Que Dieu est grand et que nous sommes aimés@ (Souvenirs, ch. XIV). 

 

b) Sa foi en l=amour de Dieu.

Cette réalité de la présence de Dieu est un mystère d=amour. La clé de l=expérience d=Élisabeth de la Trinité est avant tout sa foi en l=amour de Dieu, révélé en Jésus-Christ.

"C=est l=Amour, cet Amour infini qui nous enveloppe et veut nous associer dès ici-bas à toutes ses béatitudes. C=est toute la Trinité qui repose en nous" (L 172, 1903).

 

AJe sens tant d=amour sur mon âme, c=est comme un Océan en lequel je me plonge, je me perds (...) Il est en moi, je suis en Lui, je n=ai qu=à l=aimer, qu=à me laisser aimer, et cela tout le temps, à travers toutes choses@ (L 177, 1903).

 

Il s'agit d'une présence personnelle, d'un dialogue silencieux, d'un regard aimant.

"Oh, vois-tu, il y a un mot de saint Paul qui est comme un résumé de ma vie, et que l=on pourrait écrire sur chacun de ses instants : >Propter nimiam charitatem=. Oui, tous ces flots de grâces, c=est >parce qu=Il m=a trop aimé=...@ (L 280, 1906).

 

La présence de la Trinité, toujours transcendante (et donc perçue dans la foi), est liée à sa manifestation dans le Christ :

ADurant ses trente-trois années (la volonté de Dieu) fut si bien son pain de chaque jour, qu=au moment de remettre son âme entre les Mains de son Père Il pouvait Lui dire : >Tout est consommé=, oui, toutes vos volontés, toutes ont été accomplies, c=est pourquoi >je vous ai glorifié sur la terre=...@ (CF 29).

 

L=inhabitation des Trois Personnes est l=oeuvre du Christ.

AC=est par le sang de sa Croix qu'Il pacifiera tout en mon petit ciel, pour qu=il soit vraiment le repos des Trois. Il me remplira de Lui, Il m=ensevelira en Lui, Il me fera revivre avec Lui, de sa vie... Et si je tombe à tout instant, dans la foi toute confiante je me ferai relever par Lui, et je sais qu=Il me pardonnera, qu=Il effacera tout avec un soin jaloux@ (DR 31).

 

La présence exprimée dans l=Evangile de Jean par le mot Ademeurer@, Élisabeth l=exprime aussi avec "être remplie de Lui@ et "être ensevelie en Lui@. Nous sommes la demeure de la Trinité ou bien la Sainte Trinité est notre demeure. "La Trinité, voilà notre demeure, notre chez nous, la maison paternelle d=où ne devons jamais sortir" (CF 2). 

 

2. Une Présence vécue au coeur même de ses rapports avec les autres  

 

Élisabeth vit une prière contemplative toute concentrée en la Présence aimante de la Trinité. Cette concentration est exprimée par les mots Asilence@ et Asolitude@ :

"Et sur la montagne du Carmel, dans le silence, dans la solitude, dans une oraison qui ne finit jamais, car elle se continue à travers tout, la carmélite vit déjà comme au Ciel : >de Dieu seul=..." (L 133, 1902).

 

En réalité, la Sainte Trinité est communion, et c'est un Dieu qui veut vivre en "société avec nous". Ce qu'Élisabeth dit de sa mission est l=expression de sa propre expérience, de ce qu=elle vit.

AIl me semble qu=au Ciel, ma mission sera d=attirer les âmes en les aidant à sortir d=elles pour adhérer à Dieu par un mouvement tout simple et tout amoureux, et de les garder en ce grand silence du dedans qui permet à Dieu de s=imprimer en elles, de les transformer en Lui-même@ (L 335, 1906).

 

"Sortir d=elles pour adhérer à Dieu" est la même réalité que dénotent les mots "solitude" et "silence".

 

Puisque prière et vie sont si intimement unies, cette Présence aimante irradie, "est vécue" dans les rapports humains qu=elle vit avec ses soeurs au Carmel ou qu'elle vit avec les personnes vivant au dehors du Carmel. Elle ne sort pas de cette compagnie intérieure en se rapportant aux autres.

AIl faut prendre conscience que Dieu est au plus intime de nous et aller à tout avec Lui; alors on n=est jamais banal, même en faisant les actions les plus ordinaires, car on ne vit pas en ces choses, on les dépasse!" (GV 8).

 

Justement parce qu=elle vit dans ce recueillement intérieur qui consiste dans un regard d=amour permanent, elle peut aussi vivre tout naturellement avec les autres. Elle peut nous expliquer que dans notre condition et au milieu de nos occupations, nous pouvons, nous aussi, vivre de cette Présence, en cette Présence. Précisément parce que le Dieu-Trinité n=est pas loin de nous, mais à l=intérieur de nous-même, il faut Ase tenir recueillie au-dedans de soi-même@, Ase tenir en silence en présence de Dieu@, et ainsi l=âme As=abîme, se dilate, s=enflamme et se fond en Lui, avec une plénitude sans limites@ (CF 25).

 

Cet optimisme spirituel révèle l=expérience vive d=Élisabeth elle-même.

 

Donc, il ne faut pas se troubler au milieu des occupations quotidiennes, mais rester uni au Seigneur, comme Élisabeth l'enseignera en maintes occasions à sa soeur :

"...et puis ne te trouble pas quand tu es prise comme maintenant et que tu ne peux faire tous tes exercices : on peut prier le bon Dieu en agissant, il suffit de penser à Lui. Alors tout devient doux et facile, puisque l'on n'est pas seul à agir [et] que Jésus est là" (L 93, 1901).

 

"A travers tout, parmi tes sollicitudes maternelles, tandis que tu es toute aux petits anges, tu peux te retirer en cette solitude pour te livrer à l'Esprit Saint afin qu'Il te transforme en Dieu, qu'Il imprime en ton âme l'Image de la Beauté divine" (L 239, 1905).

 

Avant d=entrer au Carmel, elle vit sa vie dans le monde en cherchant comme naturellement à la fois à attirer ses frères vers l=amour de Dieu et à aimer Dieu dans ses relations avec eux. C'est aussi dans l'amour qu'elle pose son regard sur la création, les évènements et les circonstances de la vie. Elle aime Dieu et sait le trouver partout : dans ses promenades, dans la nature, les fêtes, la vie de famille, la catéchèse...

"Ah, par mon amour, mon attention, mes sacrifices, mes prières, je veux Lui faire oublier ses douleurs. Je veux l'aimer pour tous ceux qui ne l'aiment pas, et je veux aussi Lui ramener ces âmes qu'Il a tant aimées! (J 8, février 1899).

 

ATant que je suis sur la terre, daignez permettre que je fasse un peu de bien @ (J 148, janvier 1900).

 

"Je me rappelle encore nos entretiens dans la grande chambre pendant ces chères vacances en vos belles montagnes, et le soir les promenades au clair de lune... Là-haut, près de l'Eglise, c'était si beau dans le silence et le calme de la nuit. Ne sentiez-vous pas toute mon âme emportée vers Lui?..." (L 177, 1903).

 

L=amitié fut d'une manière particulière, une valeur très précieuse pour elle. Elle vit l'amitié, on pourrait dire, "inspirée" par Jésus. Elle compatit, souffre avec ceux qui traversent des moments douloureux; elle se réjouit dans les moments heureux passés entre amis.

"Vous savez trop combien je vous aime, ma chère Marie-Louise, pour que j'aie besoin de vous dire comme j'ai été heureuse d'apprendre vos fiançailles... Je prie beaucoup pour vous, chère amie, et je demande au bon Dieu qu'Il vous comble de ses bénédictions et vous donne tout le bonheur dont on peut jouir ici-bas" (L 25, 1899).

 

C=est une vie au quotidien, une mystique dans la normalité. L=unique chose extraordinaire en elle est la profondeur de sa contemplation, l'intensité de sa présence à la présence divine et sa vie vécue de ce centre rayonnant qui semble embraser de lumière tout.

 

3. Paix et joie

 

Ses écrits et sa biographie montrent une étonnante sérénité et une joie profonde. L=expérience de la présence divine est pour elle source lumineuse de paix et de joie. Elle est le réconfort en toute circonstance. C=est pour cela qu=Élisabeth rayonne une lumière paisible partout, même au milieu des souffrances

"J'aime ma mère comme jamais je ne l'ai aimée, et au moment de consommer le sacrifice qui va me séparer de ces deux créatures chéries qu'Il m'a choisies si bonnes, si vous saviez quelle paix inonde mon âme!" (L 81, 1901).

 

"Je vous le confie : c'est cette intimité avec Lui >au-dedans= qui a été le beau soleil irradiant ma vie, en faisant déjà comme un Ciel anticipé; c'est ce qui me soutient aujourd'hui dans la souffrance. Je n'ai pas peur de ma faiblesse, c'est elle qui me donne confiance, car le Fort est en moi et sa vertu est toute-puissante; elle opère, dit l'Apôtre, au-delà de ce que nous pouvons espérer" (L 333, 1906).

 

Les personnes qui ont vécu avec elle remarque sa gaîté paisible :

"Elle était d'une gaîté tranquille, comme l'âme paisible qui reste toujours souriante, mais d'un sourire sérieux et avec ce regard profond qui semblait déjà voir au-delà de ce monde" (Souvenirs, ch. V). 

 

4. La transformation dans la souffrance

 

Le message vital d=Élisabeth atteint son épanouissement dans ses dimensions humaine et spirituelle lorsqu=elle vit la souffrance, très particulièrement pendant sa dernière maladie.

AQuelle miséricorde, quel amour du Maître pour sa petite épouse que de lui envoyer cette maladie; parfois je me dis qu=Il agit comme s=Il n=avait que moi à aimer@ (L 276, 1906).

 

AMon bonheur grandit en proportion de ma souffrance! Si tu savais quelle saveur on trouve au fond du calice préparé par le Père des Cieux!@ (L 310, 1906).

 

ASi vous saviez quel bonheur ineffable goûte mon âme en pensant que le Père m=a prédestinée pour être conforme à son Fils crucifié@ (L 324, 1906).

 

Les expressions d=Élisabeth sur la valeur, même le Abonheur@ de la souffrance sont fréquentes et fortes. Nous avons plus de réserve en face de la souffrance; elle se présente pour nous avant tout comme une énigme, un mystère. Nous admirons l=attitude si courageuse d=Élisabeth et d=autres saints, et pouvons même percevoir une vérité dans ces expressions étonnantes. Mais nous craignons aussi tout ce qui peut sembler une glorification de la souffrance. Pourtant, l=attitude d'Élisabeth nous montre la paix et l=espérance dans la souffrance.

 

Voilà pourquoi, presque en silence, nous contemplons Élisabeth souffrante, surtout lors de sa maladie finale. Nous la regardons, elle, son attitude, plus que toutes les interprétations et les explications, que, certes, nous écoutons avec admiration et avec grand respect. Nous demeurons devant un mystère.

 

Dans cette impuissance extrême nous la voyons plus aimable que jamais, justement à cause de l=impuissance, de la pauvreté humaine, comme ce fut le cas de Thérèse de Lisieux et de tant de personnes. Nous percevons que dans cette impuissance, elle est particulièrement bénie avec les béatitudes du Seigneur. Toute notre espérance est au fond dans le Seigneur crucifié qui est la Compassion même, dans et en face de la pauvreté humaine.

"Un soir pourtant, son infirmière, la voyant beaucoup souffrir, lui dit : >Vous n'en pouvez plus, ma pauvre petite sœur ? - Oh ! non, je n'en puis plus. != ..." (Souvenirs, ch. XVII).

 

La souffrance d'Élisabeth et l=expérience spirituelle qui en est découlée continuent de la transformer et l'invite à une présence de compassion même après sa mort. Agonisante, elle dit :

"Oh ! qu'il faut prier pour les mourants ! Volontiers je passerai mon éternité auprès d'eux pour les assister..." (Souvenirs, ch. XVII).

 

Elle qui aspirait à s=élancer au sein de la Sainte Trinité (Souvenirs, ch. XVII) et s=y perdre pour l=éternité, passerait maintenant volontiers l=éternité auprès des malades. On peut considérer que dans cette extrême souffrance et impuissance vécue dans la paix, cette attitude finale, cette bonté, cette "humanité d=amour divin", est encore le suprême témoignage d'Élisabeth.

 

Élisabeth, nous le voyons, est présente à la vie tout entière, et sa contemplation se déploie là, non seulement en des moments particuliers. Nous discernons dans son attitude, sa manière d'être, une authenticité, un "naturel" qui se déploie dans l'ordinaire des jours. Cette vie contemplative en vérité est au-delà des moyens, des apparences, des manières de faire.

 

Toute sa personne est orientée, ressaisie dans un centre intérieur, non pas une subtile présence à elle-même, mais une capacité de foi et d'amour en la Sainte Trinité, une présence en la Trinité, cette Trinité qui habite au coeur de chacun des hommes.

 

Élisabeth a une personnalité propre, une "manière à elle", même du point de vue théologique; et bien sûr, il n=est pas nécessaire de l=imiter dans sa manière d=être particulière. Mais dans son existence nous percevons une vérité de vie, vraie contemplation et vraie sainteté, qui nous invite, qui nous questionne.

 

Accueillons la lumière, la paix et la joie qui jaillissent de cette expérience de la Sainte Trinité demeurant comme Amour en nous autant qu'en notre bienheureuse Élisabeth. 

 

Luis Aróstegui, O.C.D., Préposé Général

 

 Conferenza tenuta dal P. N. Generale all=Isola de la Réunion il 24 agosto 2006:

 

BIENHEUREUSE ÉLISABETH DE LA TRINITÉ

 

(Conférence pour tous : prêtres, religieux, fidèles)

 

Dans cette conférence, après une courte mise en route, je présenterai le cadre de la vie d'Élisabeth, ses écrits, et quelques pensées caractéristiques que je commenterai brièvement.

 

* Ô mon Dieu, Trinité que j=adore, aidez-moi à m=oublier entièrement pour m=établir en vous, immobile et paisible, comme si déjà mon âme était dans l=éternité... Ô mes Trois, mon Tout, ma Béatitude, Solitude infinie, Immensité où je me perds, je me livre à vous comme une proie... + (NI 15).

 

Ce sont la première et la dernière phrase de la célèbre prière à la Sainte Trinité qu'Élisabeth a composée en 1904, elle avait 24 ans. On peut y saisir comme un résumé de sa vie. Nous pouvons y percevoir un reflet de sa nature artistique, de sa psychologie et de sa spiritualité (c'est-à-dire : de sa façon de vivre le mystère de la foi chrétienne).

 

Élisabeth de la Trinité, nom qu=elle a reçu au Carmel, adresse sa prière, l=aspiration de son âme, au Dieu-Trinité. C=est une prière d=adoration, l=attitude peut-être la plus profonde et habituelle d'Élisabeth.

 

- Aidez-moi à * m=oublier + : un mot fréquent chez Élisabeth. Une expression négative de cette autre réalité positive : pour * m=établir en vous +. L=oubli de soi signifie * m=établir en vous+.

- * Immobile et paisible +, car le regard * fixé +, un regard d=adoration et d=amour, produisant la paix, fruit de la donation de soi.

- * Comme si déjà mon âme était dans l=éternité +. En fait, pour elle, l=éternité a commencé sur la terre, grâce à la présence de la Trinité en nous.

 

- * Mon Tout, ma Béatitude + : la foi chrétienne est une source de joie.

- * Solitude infinie + : une expression surprenante, car Dieu est Trinité, communion, relation.

En fait, * Solitude + signifie la même réalité que l=expression * Mon Tout +, * Solitude +, car * Mon Tout +, * Solitude infinie + est le * Tout +, l=infini de Dieu est plénitude.

 

Cette prière, d=un grand élan, et d=autres écrits d=Élisabeth, ont conditionné, non sans raison, l=image d=Élisabeth en faisant d=elle une contemplative plutôt élevée et à part, quelque peu sublime. Pourtant on devrait voir et comprendre sa doctrine et sa vie de prière dans la globalité de sa personne et dans sa vie réelle. 

 

I. Esquisse biographique

 

Élisabeth Catez naquit le 18 juillet 1880 au camp militaire d=Avord, près de Bourges, au coeur de la France, dans une famille très croyante. Son père Joseph était militaire, capitaine, et la famille eut à déménager souvent, en suivant les différentes affectations du père. Ils se sont installés à Dijon en 1882. Le père mourut quand Élisabeth avait 7 ans. Peu avant le grand-père maternel qui habitait chez eux était décédé aussi. La mère, Marie Rolland, eut à s=occuper seule de l>éducation de ses deux filles, Élisabeth et Marguerite (qu=on appelait Guite).

 

Élisabeth, l=aînée, était une enfant * très vive, emportée même, des colères, tout à fait de vraies colères, très diable +, selon sa soeur. Sa maman parle de ses * yeux furieux +, et une de ses amies (Marie-Louise Hallo) se souvient de * son regard de flamme +.

 

Mais il y a une autre facette : un attrait pour ce qui est grand et beau, un coeur généreux, spécialement envers Jésus pour lequel elle veut vaincre son * terrible caractère +.

 

Vers ses dix ans, selon les témoins, il y a eu une sorte de * conversion +. En effet, sa maman lui avait fait la réflexion que pour faire la première communion, il convenait de corriger son caractère. Donc, elle se mordait les lèvres pour comprimer ses paroles de colère et ses réactions violentes. En avril 1891, à dix ans, elle fait la première communion à l=église paroissiale de Saint Michel, à Dijon. Sept ans plus tard, elle écrira à propos de cet événement:

 

* En l'anniversaire de ce jour

Où Jésus fit en moi sa demeure,

Où Dieu prit possession de mon coeur,

Tant et si bien que depuis cette heure,

Depuis ce colloque mystérieux

Cet entretien divin, délicieux,

Je n'aspirais qu'à donner ma vie

Qu'à rendre un peu de son grand amour

Au Bien-Aimé de l'Eucharistie + (P 47). 

Et déjà auparavant, on devine ce qui l=habitait.

 

* J=aimais beaucoup la prière et tellement le bon Dieu que, même avant ma Première Communion, je ne comprenais pas qu=on pût donner son coeur à un autre + (Souvenirs, ch. II).

 

Elle a reçu une formation générale par des leçons privées, formation assez incomplète d=ailleurs. Ses dons artistiques furent découverts tôt. Elle est inscrite au Conservatoire de Musique à huit ans : d=abord, solfège et piano; après, ensemble instrumental et harmonie. À la maison le travail requiert entre quatre à cinq heures par jour. À treize ans, elle remporta le premier prix de piano au Conservatoire de Dijon. Elle avait une nature d=artiste, une vocation de musicienne.

 

* Quand Élisabeth faisait de la musique, c=était pour elle une prière. Elle disait : >Quand je ne peux plus prier, je joue, c=est pour le bon Dieu=... + (rapporté par Alice de Confévron).

 

Sa vocation musicale et son talent artistique sont manifestes dans ses écrits, de même que dans son goût littéraire.

 

À quatorze ans, Élisabeth, poussée intérieurement à consacrer sa vie au Seigneur, y répond spontanément par le voeu de virginité perpétuelle. À quinze ans elle décide d=entrer au Carmel (qui se trouve à 200 mètres de sa maison). Sa mère, veuve, pas très jeune, veut garder l=aînée chez elle. Elle n=accepte pas facilement cette vocation, en tout cas elle veut l=éprouver, et elle impose à sa fille d=attendre sa majorité.

 

Élisabeth souffre en silence et pourtant fait une vie normale en prenant part à la vie de son entourage. Sa mère est voyageuse et a beaucoup d=amis. Ses filles sont souvent invitées : excursions, danse, tennis, piano. Élisabeth est * toujours en tête de la bande + (selon le chanoine Angles). Dans ses lettres, elle dit son enthousiasme devant la beauté de la montagne et de la mer, sa joie de rencontrer ses amies, de jouer au tennis, de participer à des séances musicales. Partout elle est aimée. Mais elle est aussi passionnée par la paroisse, la visite des malades, le catéchisme ou encore le patronage pour les enfants, et surtout, en tout, la prière.

 

* ...même au milieu du monde on peut l'écouter dans le silence d'un coeur qui ne veut être qu'à Lui ! + (L 38).

 

* ...quand j'assiste à ces réunions, à ces fêtes, ma consolation est de me recueillir et de jouir de votre présence + (J 138).

 

* ...quand le coeur est pris, qui pourrait venir le distraire? Le bruit n'arrive qu'à la surface + (L 49).

 

Son coeur est pris. Ses Notes intimes révèlent un amour qu=on peut dire mystique. En 1898, elle écrit cette poésie :

 

* Esprit Saint, Bonté, Beauté suprême !

O toi que j=adore, ô toi que j=aime !

Consume de tes divines flammes,

Et ce corps, et ce coeur, et cette âme !

Cette épouse de la Trinité

Qui n=aspire qu=à sa volonté !... + (P 54).

 

En 1899, Madame Catez consent à l=entrée de sa fille au Carmel, mais lui demande d=attendre deux années. Élisabeth demande alors déjà son admission. Pendant ces années d=attente, elle lira * l>Histoire d=une âme + de Thérèse de Lisieux.

 

En 1901, ayant atteint la majorité, Élisabeth entre au Carmel de Dijon. Son extraordinaire recueillement frappe les moniales. Elle s=adapte à la nouvelle vie, et commente :

 

* ...tout est délicieux au Carmel, on trouve le bon Dieu à la lessive comme à l=oraison. Il n=y a que lui partout + (L 91).

 

* Tout est délicieux +, parce qu=elle trouve le Seigneur partout. Et c=est vrai, il y a une expérience très agréable de la grâce les premiers mois. Tandis qu=après sa prise d=habit (commencement du noviciat), elle entre dans un temps d=obscurité et de sécheresse : Un long hiver froid... Pas de piano, si gratifiant humainement et spirituellement pour la musicienne... Effet de la séparation de la mère, qui pourtant vivait si proche du monastère... Prières vocales nombreuses au Carmel, et Élisabeth habituée à la prière silencieuse et simple... Scrupules... Le Seigneur est-il content?... La novice Élisabeth se trouve désorientée.

 

Dans la foi et le silence, elle reste en contact avec Celui qui est l=unique raison de sa vie et de sa vocation. * Une Carmélite c=est une âme qui a regardé le Crucifié +, écrit-elle (L 133). Au cours des heures obscures, elle grandit dans la foi, l=humilité, la confiance, et dans cet amour * vrai, fort et généreux + (L 38), que, jeune laïque, elle voulait atteindre. Elle grandit dans l=amour du Seigneur crucifié au-delà de toute perception sensible.

 

Aucune de ses soeurs, hormis ses deux supérieures n=a su quelque chose de cette purification intérieure. Et dans les témoignages des soeurs, les mêmes traits reviennent : joie, simplicité, serviabilité, amabilité, recueillement.

Mais les ténèbres ne se sont pas levées ni l=angoisse à la pensée de son indignité, et ce jusqu=à la fin du noviciat. C=est après la décision de la profession religieuse (1903) qu=elle retrouve la joie et son assurance confiante.

 

* Chaque jour ma vie d=épouse m=apparaît plus belle, plus lumineuse, plus enveloppée de paix et d=amour +. Mais, attention, la suite en indique la raison : * En la nuit qui précéda le grand jour, tandis que j=étais au choeur dans l=attente de l=époux, j=ai compris que mon ciel commençait sur la terre, le ciel dans la foi, avec la souffrance et l=immolation pour celui que j=aime ! + (L 169).

 

Cela signifie qu=elle a trouvé une conviction claire du sens de sa vie de carmélite, même avec les obscurités et les difficultés. C=est une joie et une paix qui proviennent désormais d=une vision plus profonde de la vie.

 

Elle acquiert une maturité en sa vocation :

 

* Si je regarde du côté de la terre je vois la solitude et même le vide, car je ne puis dire que mon coeur n=ait pas souffert; mais si mon regard reste toujours fixé sur Lui, mon Astre lumineux, oh, alors tout le reste disparaît et je me perds en Lui comme la goutte d=eau en l=Océan + (L 190, 1904).

 

Elle travaille à la confection et à l=entretien des robes des soeurs, elle assure la liaison entre les demandes extérieures et la communauté, elle fait le ménage qui lui incombe.

 

Au cours des années 1904 et 1905, un texte de l=épître aux Éphésiens s=illumine pour Élisabeth : * C=est en lui que nous avons été prédestinés pour être, à la louange de sa gloire, ceux qui d=avance ont espéré dans le Christ + (Ep 1,11-12, cité la première fois le 25 janvier 2004, cf. L 191).

 

* Laudem gloriae +, * Louange de gloire +. Cette expression l=a impressionnée profondément. On peut dire que c=est une autre formulation de ce qu=elle vivait dans son * adoration +, qui était toujours son attitude fondamentale. Cette expression explicite l=aspect laudatif de son adoration concrète : * Une louange de gloire est une âme de silence, qui se tient comme une lyre sous la touche mystérieuse de l=Esprit Saint, qui fixe Dieu dans la foi et la simplicité + (CF 43).

 

À son amie Françoise, elle écrit : * La vie d=une carmélite, c=est une communion à Dieu du matin au soir et du soir au matin. S=il ne remplissait pas nos cellules et nos cloîtres, ah ! Comme ce serait vide. Mais à travers tout nous le voyons, car nous le portons en nous + (L 123).

 

La vie spirituelle de soeur Élisabeth (sa vie la plus profonde) s=est unifiée tôt dans ce qu=elle appelle * fixer Dieu dans le foi et la simplicité + (CF 43). * Dieu +, le Christ et la Sainte Trinité. * Fixer +, * regarder +, * présence +, ou encore plus particulièrement * en adoration +, une expression pour dire * tout + devant le * Tout de Dieu +; * tout + qui se dit quasi sans prononcer de mot, * en silence +.

 

* Chaque minute nous est donnée pour nous Aenraciner@ plus en Dieu...

...pour réaliser ce plan... voici le secret : s=oublier, se quitter, de pas tenir compte de soi, regarder au Maître, ne regarder qu=à Lui... + (L 333).

 

Ceci peut sembler une attitude négative envers les autres ou par rapport à la réalité du monde. Mais il s=agit d=une attitude théologale, et non pas d=une attitude psychologique. Le centre est le Christ, la Trinité, un centre qui est le * Tout +, qui embrasse * tout + en soi. Donc, cette concentration dans la vérité, dans la réalité la plus profonde, n=empêche pas d=aimer les autres et de s=occuper de ses affaires. Justement parce qu=elle vit dans ce recueillement intérieur, elle peut rester unie au Seigneur au milieu du monde; on peut le constater quand elle était laïque au milieu de ses occupations et dans ses rapports avec les autres. Son enseignement est la démonstration de sa propre expérience :

 

* Il faut prendre conscience que Dieu est au plus intime de nous et aller à tout avec Lui; alors on n=est jamais banal, même en faisant les actions les plus ordinaires + (GV 8).

 

Élisabeth a cultivé d=une manière particulière, autant durant sa vie laïque qu=au Carmel, l=amitié comme valeur précieuse. Elle s=intéresse à la vie, la santé et aux différentes affaires de ses amis. Elle sait compatir chaleureusement, souffrir avec ceux qui traversent des moments douloureux, et se réjouir aussi avec eux dans les moments plus heureux.

 

* Vous savez trop combien je vous aime, ma chère Marie-Louise, pour que j'aie besoin de vous dire comme j'ai été heureuse d'apprendre vos fiançailles... Je prie beaucoup pour vous, chère amie, et je demande au bon Dieu qu'Il vous comble de ses bénédictions et vous donne tout le bonheur dont on peut jouir ici-bas + (L 25, 1899).

 

Pendant le carême 1905, elle ressent une grande fatigue, les premiers symptômes de la maladie d=Addison, peu connue et incurable à l=époque. À la suite d=une tuberculose, elle fut atteinte de cette affection chronique des glandes surrénales qui ne produisent plus les substances nécessaires au métabolisme. D=où s=ensuivent asthénie, troubles gastro-intestinaux, nausées, impossibilité de se nourrir, épuisement, impuissance totale et la mort. Durant le carême de 1906, elle est transférée à l=infirmerie.

 

* Avant de mourir, je rêve d=être transformée en Jésus crucifié et cela me donne tant de force dans la souffrance + (Souvenirs, ch. XV).

 

L=ardent souffle apostolique qui avait traversé toute sa vie ne fait que s=accroître :

 

* Ô amour... Épuise toute ma substance pour ta gloire; qu=elle se distille goutte à goutte pour ton Église ! + (Souvenirs, ch. XVII).

 

Spécialement en ce temps-là, il y a de fortes expressions d=Élisabeth sur l=acceptation et la valeur de la souffrance. Nous écoutons cela avec grand respect. Nous qui craignons, même théologiquement, tout ce qui peut ressembler à une certaine exaltation de la souffrance. Celle-ci demeure pour nous avant tout un mystère.

 

Nous admirons son attitude pleine de foi et d=espérance. Élisabeth qui, par amour, voulait s=identifier au Christ crucifié, voyait en sa destruction physique comme un accomplissement de cette identification, et donc, en ce sens, une oeuvre de l=amour.

 

Les derniers mois ont été intenses et riches d=enseignement. Elle continue à écrire. Ce sont des lettres d=adieu, de lumière et d=encouragement. À sa maman, elle écrit : * Il y a un Être qui est l=Amour et qui veut que nous vivions en société avec lui + (L 327).

 

Les souffrances physiques ont été impressionnantes. Elle a déclaré qu=elle n=en pouvait plus. Et elle a même compris qu=en cet état on peut arriver à la tentation et à l=idée * libératrice + du suicide (Cf Souvenirs, ch. XVII, aussi Summarium, ' 64 et ' 437).

 

Son expérience de la faiblesse, de la pauvreté humaine est grande, totale. Élisabeth, une souffrante parmi tant de malades et d=agonisants; elle l=est avec une foi confiante et aimante. Les images sublimes de la contemplation de la Sainte Trinité sont maintenant passées à travers le crible de cette impuissance totale. Leur authenticité, leur vérité trouvent leur ratification dans cette expérience de la pauvreté. Cette Élisabeth est pour nous, encore plus aimable. Elle reçoit et vit les béatitudes proclamées par le Seigneur (Mt 5, 1-12), elle est le lieu de la Présence, de la compassion du Christ.

 

Et encore, elle, qui peu de temps auparavant songeait à se perdre pour toute l=éternité dans le sein de la Trinité, est maintenant disposée à rester pour toute l=éternité à côté des agonisants. Voici l=éternité de l=amour divin dans le geste du service aux plus pauvres.

 

* Oh ! qu'il faut prier pour les mourants ! Volontiers je passerai mon éternité auprès d'eux pour les assister... + (Souvenirs, ch. XVII).

 

Deux jours avant sa mort advenue le 9 novembre 1906, elle prononça ses derniers mots intelligibles: * Je vais à la lumière, à l=amour, à la vie + (Souvenirs, ch. XVII).

 

II. Les Écrits

 

Le grand éditeur des oeuvres d=Élisabeth, le P. Conrad De Meester, a écrit : * L=histoire s=étonnera sans doute en constatant qu=il a fallu trois-quarts de siècle depuis la mort de cette grande contemplative, le 9 novembre 1906, pour en venir à la publication intégrale de ses oeuvres + (Élisabeth de la Trinité, Oeuvres Complètes, Paris 1991 (2002), XIII). Et il est surprenant aussi qu=une jeune soeur contemplative ait laissé tant d=écrits. Une des raisons est sans doute le caractère communicatif d=Élisabeth et sa facilité d=écriture.

 

Voici les titres des différents ouvrages :

 

Journal (J), couvrant la période de janvier 1899 à janvier 1900.

 

Notes intimes (NI), feuilles éparses (entre elles, par exemple, la prière à la Trinité, retrouvée           après sa mort).

 

Poésies (P), dont la valeur vient plutôt de la richesse de l=expérience spirituelle qu=elles                   contiennent.


Lettres (L), 346 lettres conservées (en tenant compte aussi des Traités spirituels II et IV). Elles      sont le lieu privilégié où son charme, sa vivacité, sa charité se révèlent. Parmi ses          59 correspondants, on compte 6 prêtres ou séminaristes, 13 religieuses, 40 laïcs   (31 dans ses lettres écrites au Carmel).

 

Traités spirituels, ainsi appelés génériquement pour designer des écrits plus élaborés (4) :

 

- Le ciel dans la foi (CF), pour sa soeur Guite.

 

- Dernière Retraite (DR), un ensemble de notes de sa dernière retraite.

 

- Grandeur de notre vocation (GV), longue lettre adressée à son amie Françoise de    Sourdon.

 

- Laisse-toi aimer (LA), lettre destinée à sa Prieure, Mère Germaine. Cette dernière ne          devait la lire qu=après la mort d=Élisabeth.

 

Ce sont des écrits circonstanciels, mais découlant naturellement de la vie, ils nous livrent plus spontanément son expérience spirituelle, comme aussi sa qualité humaine et ses relations avec les autres.

Ces écrits contiennent le message d=Élisabeth, message qui ne serait pas connu sans eux. Un message très simple : celui de la présence en nous de la Sainte Trinité.

 

* Au ciel, je le crois, ma mission sera d'attirer les âmes dans le recueillement intérieur, en les aidant à sortir d'elles-mêmes pour adhérer à Dieu par un mouvement tout simple et tout amoureux, et de les garder en ce grand silence du dedans qui permet à Dieu de s'imprimer en elles, de les transformer en Lui + (Souvenirs, ch. XVI).

 

Elle partage à ses amis, laïcs pour la plupart, la merveilleuse découverte : tous appelés, tous aimés, tous peuvent se livrer à l=Amour. A son amie Antoinette, elle écrit :

 

 * Je vous laisse ma foi en la présence de Dieu, du Dieu tout amour habitant en nos âmes. Je vous le confie : c=est cette intimité avec Lui Aau-dedans@ qui a été le beau soleil irradiant ma vie, en faisant déjà comme un Ciel anticipé + (L 333).

 

Il ne faut pas idéaliser la vie spirituelle d=Élisabeth parce qu=elle parle d=un * Ciel anticipé +. Il ne faut pas croire que sa foi vive dans la présence de la Trinité supprimait par le fait même toutes les difficultés et les obscurités de la vie. Mais au milieu même de ces obscurités, il y a le * soleil irradiant + (L 333), par la foi toute présente.

 

* La Trinité, voilà notre demeure, notre Achez nous@, la maison paternelle d=où nous de devons jamais sortir + (CF 2).

 

Dans la prière à la Trinité, déjà mentionnée, tout son désir est d=être identifiée à Jésus, d=être pour lui une * humanité de surcroît, en laquelle il renouvelle tout son Mystère + (NI 15).

 

Cette vie de communion est la source de l=apostolat. À un jeune candidat missionnaire pour la Chine, elle explique d=où elle tire son élan :

 

* Oh, qu=il est puissant sur les âmes l=apôtre qui reste toujours à la Source des eaux vives; alors il peut déborder autour de lui sans que jamais son âme se vide puisqu=il communie à l=Infini ! + (L 124).

 

Á un autre séminariste :

 

* Mon âme aime s=unir à la vôtre dans une même prière pour l=Église, pour le diocèse. Puisque notre Seigneur demeure en nos âmes, sa prière est à nous et je voudrais y communier sans cesse, me tenant comme un petit vase à la Source, à la Fontaine de vie, afin de pouvoir ensuite la communiquer aux âmes en laissant déborder ses flots de charité + (L191).

 

Le 25 novembre 1984, Jean-Paul II proclamait bienheureuse Élisabeth :

 

* Nous osons aujourd=hui... présenter au monde cette religieuse... car elle est un témoin éclatant de la joie d=être enraciné et fondé dans l=amour... Qu=elle aide beaucoup d=hommes et de femmes, dans la vie laïque ou la vie consacrée, à recevoir et à partager les Aflots de charité infinie@ qu=elle recueillait Aà la Fontaine de Vie@... + (Homélie, 25 novembre 1984, Cité du Vatican, Acta Apostolicae Sedis, 77, 1985, p.292).

 

* Avec la bienheureuse Élisabeth une nouvelle lumière brille pour nous, un nouveau guide certain et sûr se présente... + (Discours aux pèlerins, 26 novembre 1984, Cité du Vatican, Acta OCD 29/1984, 18-20).


III. Quelques Pensées

 

En écoutant les pensées spirituelles d=Élisabeth, qui ont toujours un élan élevé, il faut tenir présent à notre mémoire sa vie réelle et son expérience spirituelle :

 

a) Elle est simple, naturelle, paisible, joyeuse. Elle n=a rien de dur, violent ou rigide.

 

b) Sa vie spirituelle ne contient pas de phénomènes extraordinaires. L=extraordinaire est la profondeur et l=intensité de son regard aimant, toujours posé dans la foi.

 

c) * Elle n=avait aucune affectation de piété démonstrative + (Procès de l=Ordinaire - PO, 135, son amie Marie-Louise Ambry).

 

 * Pas la moindre exaltation chez Élisabeth de la Trinité, mais la simplicité d=une véritable enfant de Dieu + (PO 50, Mère Germaine).

 

 * Je n=ai connaissance d=aucune faveur extraordinaire, mais je puis affirmer qu=elle était prise par sa vie d=oraison + (PO 179, Madame Anglais).

 

Prière simple

 

* Je te conseille de simplifier tous tes livres, de te remplir un peu moins, tu verras que cela est bien meilleur. Prends ton Crucifix, regarde, écoute. Tu sais que c=est là notre rendez-vous, et puis ne te trouble pas quand tu es prise comme maintenant et que tu ne peux faire tous tes exercices : on peut prier le bon Dieu en agissant, il suffit de penser à Lui. Alors tout devient doux et facile, puisque l=on n=est pas seul à agir et que Jésus est là + (L 93).

 

Élisabeth n=est pas contre les livres ou la formation. Elle les appréciait et s=en servait. Mais au moment de la prière, elle préfère la simplicité du regard direct. C=est la méthode de la simplicité et de la présence directe devant le Seigneur. On peut noter la flexibilité, l=absence de rigidité : * ne te trouble pas +. Pour elle, il s=agit de quelque chose de * doux et facile +, parce que * Jésus est là +.

 

Petit sanctuaire

 

* Je te garde en mon âme tout près du bon Dieu, dans ce petit sanctuaire tout intime où je le trouve à chaque heure du jour et de la nuit. Je ne suis jamais seule : mon Christ est là toujours priant en moi et je prie avec LuiY Il faut que tu te bâtisses comme moi une petite cellule au-dedans de ton âme; tu penseras que le bon Dieu est là, et tu y entreras de temps en temps, lorsque tu sens tes nerfs, que tu es malheureuse, vite sauve-toi là et confie tout cela au Maître. Ah, si tu le connaissais un peu, la prière te t=ennuierais plus, il me semble que c=est un repos, un délassement : on vient tout simplement à Celui qu=on aime... + (L 123).

 

Le * dedans +, le * sanctuaire intime +, le * silence +, la * solitude +, tous ces termes qu=emploie Élisabeth suggèrent la même réalité : la rencontre personnelle. Et donc c=est un * repos, un délassement +, avec * Celui qu=on aime +.

 

* Vis au-dedans avec Eux dans le Ciel de ton âme; le Père te couvrira de son ombre, mettant comme une nuée entre toi et les choses de la terre pour te garder toute sienne, Il te communiquera sa puissance pour que tu l=aimes d=un amour fort comme la mort; le Verbe imprimera en ton âme comme en un cristal l=image de sa propre beauté, afin que tu sois pure de sa pureté, lumineuse de sa lumière; l=Esprit Saint te transformera en une lyre mystérieuse qui, dans le silence, sous sa touche divine, produira un magnifique cantique à l=Amour; alors tu seras Alouange de sa gloire@... + (L 269).

 

Le * dedans + est fait de cette * capacité de foi + permettant d=être en présence de la Trinité. * Vivre avec eux + est le * dedans +; cette vie intense protège elle-même des * choses +; c=est un amour fort, plein de beauté, c=est une existence de louange, un cantique de joie (en soi, malgré les difficultés de la vie, qu=on suppose).

 

Demeurer en Dieu

 

* Une louange de gloire, c=est une âme qui demeure en Dieu, qui l=aime d=un amour pur et désintéressé, sans se rechercher dans la douceur de cet amour; qui l=aime par-dessus tous ses dons et quand même elle n=aurait rien reçu de Lui, et qui désire du bien à l=Objet ainsi aimé + (CF 43).

 

Un âme qui fixe Dieu

 

* Une louange de gloire c=est une âme qui fixe Dieu dans la foi et la simplicité; c=est un réflecteur de tout ce qu=Il est; c=est comme un abîme sans fond dans lequel Il peut s=écouler, s=épancher; c=est aussi comme un cristal au travers duquel Il peut rayonner et contempler toutes ses perfections et sa propre splendeur. Une âme qui permet ainsi à l=Être divin de rassasier en elle son besoin de communiquer Atout ce qu=Il est et tout ce qu=Il a@, est en réalité la louange de gloire de tous ses dons + (CF 43).

 

Centré en Dieu dans la foi et la simplicité, l=être unifié en Lui : cela exprime la propre expérience d=Élisabeth. Dieu a besoin de se communiquer (étant communion); une * louange de gloire + justement permet à Dieu la communication de * tout ce qu=Il est et tout ce qu=Il a +.

 

Intimité heureuse

 

* ...que l=on est heureux quand on vit dans l=intimité avec le bon Dieu, quand on fait de sa vie un coeur à coeur, un échange d=amour, quand on sait trouver le Maître au fond de son âme. Alors on n=est plus jamais seule et on a besoin de solitude afin de jouir de la présence de cet Hôte adoré + (L 161).

 

La prière, la relation avec Dieu, *un coeur à coeur+. On n=est * jamais seule, et on a besoin de solitude +.

 

 

La vie, un sacrement

 

* ...chaque incident, chaque événement, chaque souffrance comme chaque joie est un sacrement qui lui donne Dieu + (CF 10).

 

Une vision très positive de la vie : dans tous les événements, nous trouvons Dieu. Par rapport à cela, citons encore :

 

* ...dans l=action, alors qu=on remplit l=office de Marthe, l=âme peut toujours demeurer tout adorante, ensevelie comme Madeleine en sa contemplation... + (L 158).

 

 * ...qu=importe l=occupation dans laquelle il me veut : puisqu=Il est toujours avec moi, l=oraison, le coeur à coeur ne doit jamais finir ! + (L 169).

 

Conclusion

 

Humaine, naturelle, amicale, Élisabeth est un modèle d=inspiration, aussi bien pour ceux qui ont choisi la vie consacrée que pour les laïcs. Personnellement, elle a voulu être carmélite. Mais elle a vécu aussi sa vie contemplative, profondément, en tant que jeune laïque.

 

Elle aurait pu, si la volonté de Dieu s=était manifestée ainsi à travers les circonstances, vivre sa vie de contemplation et de sainteté en tant que laïque. Il y a en elle une ligne intérieure personnelle claire qui guide sa vie. Et il y a un centre spirituel de décision et d=engagement qui ne dépend pas tant des événements, mais qui assimile positivement les circonstances et pose un discernement à travers celles-ci. Et c=est pour cela que se dégage cette impression de facilité, de naturel, de joie lumineuse.

 

Élisabeth parle de son expérience voulant la communiquer aux autres. Et elle la présente comme quelque chose allant de soi, finalement d=assez facile, bien qu=elle n=ignore pas la nécessité de l=effort et de la patience. Il semble que pour elle son expérience pouvait être partagée telle quelle par les autres. Peut-être que cette supposition n=était pas exacte.

 

Il y a un naturel chez Élisabeth qui vient du fait d=une grâce particulière de sa personnalité en convergence avec sa foi pleine d=amour.

 

En tout cas, elle est certainement pour nous tous un modèle d=inspiration profonde par la pureté de son engagement d=amour.

 

En elle, on retrouve la mystique de St. Paul. En est témoin cette inscription gravée au dos de son crucifix de profession :

 

* Je vis, mais ce n=est pas moi qui vis, c=est le Christ qui vit en moi + (Ga 2, 20).

 

Madagascar, La Réunion, Maurice, juin-juillet 2006.

 

 

Fr. Luis Aróstegui, O.C.D.

Préposé Général

 

 

In occasione del Congresso Nazionale dell=Ordine Secolare in India:

 

15 August 2006

Assumption of Our Lady

 

 My dear brother and sister Carmelites,

 

I am happy to take this occasion of your national Congress on the Secular Order to send my personal greetings and wish you success during these days.

 

In June of 2003 when the Constitutions of the Secular Order were approved by the Holy See I wrote to the Provincials, Provincial Delegates and members of the Secular Order that Athis is an exciting time in the history of the Secular Order.@ And it has been. We have seen a rebirth of interest in the Secular Order in places where the Secular Order has flourished but declined. In addition we have witnessed an amazing growth in the Secular Order in places where there still are no friars present.

 

It seems to me most opportune in India that the renewal of the Secular Order be a priority in each territory. The Order is strong in numbers and vocations in India among the friars. There are indeed many lay persons who are faithful and loyal supporters of the friars and your apostolates. There are many persons who have great devotion to Our Blessed Mother under her title of Our Lady of Mount Carmel and wear the scapular of Carmel with pride.

 

There are also many laypersons who have a desire to live a profound and serious spiritual life guided by the great spiritual masters of Carmel and who wish to dedicate themselves in this pursuit.

 

The family of Carmel is big. There is room in Carmel for all who identify with the Order. We do a great service to these persons by providing an adequate place and serious formation for each level.

 

This work to which you are dedicating these days together is of great importance to the strength of Carmel in India. During your Congress I will be in Africa. I promise to keep you in my prayers so that all of our efforts, yours and mine may be for the glory of God and the good of His Church.

  

Luis Aróstegui, OCD, Superior General


 

Sul progetto di collaborazione OCD nell=Africa francofona: 

Rome, 11 août 2006

  

Au sujet du Projet de collaboration OCD en Afrique francophone

Aux Pères Provinciaux OCD ayant des missions en Afrique francophone

à leurs délégués respectifs dans les missions,

au Commissaire du Madagascar et

au Délégué Général du Congo

 

Chers Confrères,

 

à la rencontre de février 2006 convoquée et présidée par le Définitoire Général sur le projet de collaboration OCD dans la zone francophone, les participants sont parvenus à certaines conclusions pratiques proposées à l=accord de tous. Après avoir recueilli et considéré avec attention les différentes réactions à travers le dialogue à différents niveaux, le Définitoire confirme la mise en marche du projet selon les conclusions de Yaoundé, particulièrement dans les trois points suivants.

Une communauté de formation en commun à l=étape du premier cycle de théologie. Conformément aux conclusions de Yaoundé nous confirmons que les jeunes en formation provenant des différentes délégations puissent être réunis dans une communauté de formation sous la responsabilité de la Délégation du Burkina Faso B Côte d=Ivoire à Abidjan pendant qu=ils fréquentent leurs études du premier cycle de théologie. Nous encourageons les deux Délégations présentes à Yaoundé (Cameroun et Burkina Faso B Côte d=Ivoire) qui ont donné leur consentement à s=engager résolument dans la réalisation du projet aussitôt qu=ils auront des jeunes candidats parvenus à cette étape de la formation. Néanmoins, nous respectons le retrait de la Délégation de la Centrafrique et resterons attentifs à son rythme dans l=adhésion au projet. En outre, nous encourageons les autres Délégations, notamment celle du Rwanda - Burundi et celle du Sénégal à s=intéresser à ce projet en gestation en rappelant que, dans la vision d=ensemble, c=est un projet qui entend mettre en commun la réflexion, les ressources humaines, les compétences de la région et les moyens pour chercher à résoudre ensemble les défis qui se posent aux uns et aux autres dans le vaste domaine vital de la formation.

Un programme de formation des formateurs. Conformément à la rencontre de Yaoundé, nous confirmons le principe d=une session annuelle de formation de formateurs pour une durée d=un mois. Concernant le contenu de la formation, nous l=entendons comme un programme cyclique qui s=étendra sur trois ans. Le Définiteur chargé de l=Afrique veillera à l=élaboration des thèmes qui tisseront le programme et les communiquera en temps opportun. Quant aux dépenses, nous encourageons les différentes délégations à prévoir le déplacement des formateurs dans le budget annuel de la formation. La contribution des différentes délégations à la pension d=un mois sera examinée par tous en tenant compte du coût de la vie du lieu où sera organisée la session et de la possibilité d=hospitalité de la délégation hospitalière dispensée des frais de voyage de ses membres. À ce programme de formation de formateurs sont invitées toutes les circonscriptions OCD d=Afrique francophone y compris le Commissariat du Madagascar et la Délégation Générale du Congo. Les dates précises pour la première session vous seront communiquées incessamment.

Un programme de formation carmélitaine spécifique pour nos frères étudiants. Le Définitoire Général désire et appuie ce programme de synthèse théologico-spirituelle spécifiquement carmélitain qui rejoint ce qui se fait ailleurs dans l=Ordre. Pour motif d=efficacité et de rationalité économique, nous soutenons qu=il soit placé au terme du cycle de théologie même pour ceux qui auront fait leur profession solennelle et s=étende sur un délai de trois mois. Nous invitons aussi les autres circonscriptions d=Afrique francophone à s=y intéresser et à envoyer leurs étudiants le moment venu.

En cette période de vacances pour récupérer en santé et en énergie pour un élan renouvelé, , je saisis l=occasion pour vous transmettre mes vœux d=une heureuse fête de l=Assomption de Notre Mère La Sainte Vierge au Ciel.

Père Luis Aróstegui Gamboa, ocd, Préposé Général

 

 

In occasione del 75.mo anniversario di Professione religiosa di P. Francisco Carmona, della Provincia di Andalusia, conventuale di Stella Maris, in Haifa: 

 

Roma, 6 de septiembre del 2006 

 

Carísimo y meritorio P. Francisco Carmona,

 

En una de mis frecuentes y -a veces- prolongadas ausencias de Roma has celebrado tu 75 aniversario de profesión carmelitana. Ese 23 de agosto me encontraba yo en Africa.

 

Con todo, permíteme que, con un retraso involuntario, te felicite y me una a tu oración por este acontecimiento no muy frecuente en nuestras comunidades. Pienso en lo que significan esos 75 años de entrega al Señor, desde tu mocedad, de buena voluntad, de hoja de servicios bien repleta. Sí, queremos dar gracias Dios porque te ha concedido esta vida prolongada de comunión con el Señor.

 

Pensando y participando en espíritu en ese jubileo que sólo a pocos es concedido, te agradezco tu por tu amor, por tu servicio prolongado a la casa madre de la Orden, por tus deseos tan sinceros y vehementes para el florecimiento de la Orden. Son muchas las personas, son numerosos los grupos de peregrinos que han recibido el fruto de tu apostolado, como guía experto en Tierra Santa.

 

Pido al Señor te recompense por esa larga y generosa entrega en el Carmelo, pido al Señor te acompañe con su bendición para que vivas en la serenidad tu vida en el Monte Carmelo.

Puedes decir a la comunidad que me considero entre los participantes de tu gran jubileo.

 

Con mi oración y con mi estima, recibe el abrazo fraterno de tu afmo, en el Señor,

 

 Luis Aróstegui, ocd, Prepósito General

  

 

A LOS PARTICIPANTES EN EL CONGRESO INTERNACIONAL DE EDITORES OCD,
Burgos 12-16 septiembre 2006

 

Queridos hermanos: No pudiendo participar personalmente en vuestra reunión, quiero al menos dirigiros un saludo y mostrar mi interés por el éxito del congreso.

 

Ya es un motivo de gozo el hecho de que, proviniendo de tantas partes del mundo, os encontréis reunidos para madurar juntos algunas iniciativas y apoyos. Estos encuentros por sí mismos, permitiendo el mutuo conocimiento, favorecen la comprensión y el sentido de la colaboración.

 

Al tratarse de una reunión de editores, tenemos un motivo particular de alegría. Nuestras Editoriales, en su diferenciada escala de proyección, modestamente son un medio decisivo de nuestra capacidad de comunicación. Por ello, me es muy agradable en esta oportunidad felicitar y agradecer a los que trabajáis en ese sector tan importante de nuestro ministerio. Son conocidas las dificultades que tenéis que atravesar para mantener la actividad de las Casas, y éstas, frecuentemente o siempre, deben su continuidad a la firmeza de vuestra convicción y voluntad.

 

Algunos de vosotros tenéis una larga experiencia profesional en el sector. Otros seguramente habéis acudido con el deseo de aprender y de encontrar inspiración y apoyo para vuestras circunscripciones.

 

Cómo no anhelar que, en un ambiente de confianza y franqueza, podáis compartir vuestras dificultades, sugerir soluciones, y avanzar en la colaboración, que sin mermar los propios derechos y la necesaria eficacia, pueda efectivamente ayudar a las Casas de otros países y continentes.

 

Espero que esta reunión, preparada con esmero, bajo la dirección del Definidor Stephen Watson, con la muy cercana cooperación de Fernando Domingo, marque un hito en la historia de las Casas Editoras de la Orden, por las sugerencias y por los generosos compromisos que , sin perjudicar realmente a nadie, impulsen el aprovechamiento de los recursos humanos y otros de que disponemos. Ojalá podáis llegar a algunos acuerdos concretos, así como al compromiso de continuar en adelante más unidos en la mutua información y prestación de ayudas. Ojalá se estimule así la imaginación y la creatividad y os sintáis aún más animados a laborar en este servicio a la Buena Noticia.

 

El Señor os bendiga.

 

Roma, 8 septiembre 2006

 

  Luis Aróstegui,   Prepósito General OCD

     
 [
 English] [ Italiano] [ Español] [ Français ] [ Deutsch]
[ ] [  ]

Updated 23 ott 2007 by OCD General House
Corso d'Italia, 38 - 00198 Roma - Italia
 ++39 (06) 854431  FAX ++39 (06) 85350206