[News] [Curia] [Addresses]  [o.c.d.s.

Edith Stein

aux JMJ à Cologne

edith1.jpg (7752 byte)

    Edith Stein était présente de multiples manières aux JMJ de Cologne : aux côtés d’Albert le Grand, elle était patronne de ces journées, le pape l’a mentionnée plus d’une fois dans ses allocutions et ses homélies, et enfin, de nombreuses rencontres, temps de prière, chemins de croix lui étaient consacrées, ainsi qu’une exposition de photos, une présentation scénique de sa vie, un atelier de discussion avec des universitaires et surtout de nombreuses célébrations eucharistiques.

   Le lieu central où elle fut présente et vénérée fut bien sûr le monastère des carmélites dans la rue « Vor den Siebenburgen », à l’endroit de la première fondation de nos sœurs en 1637. Bien que la présence carmélitaine ait été interrompue de nombreuses fois et réimplantée ensuite en divers endroits de Cologne, de sorte qu’Edith Sein n’a pas vécu dans le présent monastère, c’est bien toujours cette communauté qui l’a accueillie jadis et dans laquelle elle a vécu jusqu’à son départ pour la Hollande le 31 décembre 1938. Avant de quitter Cologne, elle s’est recueillie en ce lieu de la première fondation pour vénérer la statue miraculeuse de Notre-Dame de la Paix, qui avait donné son nom au monastère (Maria vom Frieden : Marie [Reine] de la Paix) et pour prier dans le caveau auprès des tombeaux des fondatrices.

   Tout au long des JMJ, l’église du carmel fut un lieu d’adoration perpétuelle et un centre d’attraction pour de nombreux pèlerins désireux de vénérer Edith Stein. Grâce à la complaisance de l’Institut Max-Planck situé près du monastère, les sœurs ont pu accueillir de nombreux groupes avec un grand nombre de personnes et leur renseigner en diverses langues sur le Carmel et sur Edith Stein.

   Le moment le plus émouvant de la présence d’Edith Stein fut toutefois la matinée de samedi. En ce jour, 20 août, le pape avait invité vingt représentantes et représentants des divers ordres religieux implantés dans le diocèse de Cologne, dont les carmélites. La prieure, Sr Ancilla, avait dès le début demandé à ne pas venir seule mais accompagnée d’au moins une sœur, ce qui lui fut accordé en raison des circonstances particulières. C’est ainsi que la seule conovice d’Edith Stein encore vivante, Sr Teresia-Margareta Drügemöller, qui fut avec elle pendant tout le temps qu’Edith Stein passa au carmel de Cologne (du 14 octobre 1933 au 31 décembre 1938), put participer à la messe, le plus beau cadeau qu’on ait pu lui offrir en ce jour de ses quatre-vingt-quinze ans. Lors de la courte rencontre personnelle avec le pape, à qui elle offrit un voile de ciboire fait par elle-même, elle lui demanda : « J’ai une demande : que vous déclariez Edith Stein Docteur de l’Eglise. » Le pape lui répondit : « Tout doit suivre son cours mais j’y songerai. » Ce souhait de sœur Teresia Margareta est entièrement dans la ligne de tout ce qu’elle a accompli jusqu’ici, à savoir favoriser la vénération à l’égard d’Edith Stein, alors que personne n’y songeait encore. Ce fut de fait elle qui, dès les années cinquante, a commencé à rassembler des documents, des lettres et des photos et constitué ainsi le stock initial de ce qui est aujourd’hui les archives Edith-Stein. Pendant les vêpres de ce même jour, la communauté a publiquement dit sa reconnaissance à « celle qui a cru ». La prieure, qui nous a envoyé un court récit de cette rencontre avec le pape, écrit : « Nous avons toutes les deux fait l’expérience de la simplicité bien connue et libératrice du Saint-Père, de sa modestie et de sa profonde intériorité. »

     
 [
 English] [ Italiano] [ Español] [ Français ] [ Deutsch]
[ ] [  ]

Updated 29 ott 2005  by OCD General House
Corso d'Italia, 38 - 00198 Roma - Italia
 ++39 (06) 854431  FAX ++39 (06) 85350206