[News]  [Addresses] [Carmelite sites]  
Secretariat of Missions: ocdmis@pcn.net + FAX ++39 06 85443212



Missionary news

News   -  15 - ( 22.09.2007 )

Colombia
S O N S O N

Damaso Zuazua, ocd, 
Secrétaire Général pour les Missions

 

A Antioche des Apaisas@

 

C=est le département civil. Un département laborieux et productif. On a dit que les Antiochiens sont capables de faire de l=or avec des pierres. Antioche est le cerveau économique de la nation.En tout cas, les Antiochiens sont d=habiles négociants. Ces APaisas@ ont la parole facile, abondante et expressive. Souvent ils s=expliquent par des refrains. Dans la bouche d=un Antiochien, chaque affirmation est ainsi un condensé de sentences, elle vaut pour tout un chapitre. Tel monsieur est Ale chien de toutes les noces@; cette dame Acourt plus vite qu=une mauvaise nouvelle@; et cet autre Aa appris à parler avant d=apprendre à téter@...@Une guerre annoncée, c=est un soldat de sauvé@: Et si quelqu=un se soigne tant qu=il est bien portant, c=est que Ail est mort avant d=être bombardé@;tandis que celui qui perd son poste Aa cassé sa cuillère@ ...

Antioche nous offre un paysage de montagnes déchirées, couvertes de verdure et peu pierreuses, avec des champs cultivés bien soignés, des bois très agréables dans les endroits touristiques, des chemins aux bordures bien entretenues. Parmi ses beautés naturelles, la APiedra del Peñol@ est vraiment impressionnante: une surprise inattendue. C=est dans un monde de verdure qu=on voit surgir subitement, de la façon la plus imprévisible, cet énorme massif granitique de couleur noire. Sa hauteur est de 200 mètres, son volume de 22 000 mètres cubes, et son périmètre de 770 mètres. Il faudrait consulter les géologues sur cet extraordinaire menhir naturel, dont les proportions sont si exceptionnelles. Et si l=on est sportif, il fait bon gravir les 644 degrés qui conduisent au sommet, d=où l=on découvre tout le panorama de Guatapé. Et cette curiosité touristique se trouve à 2 137 mètres d=altitude. Enfin le paysage se complète par un lac dont les méandres serpentent entre de petites îles.

En bordure des chemins, on voit se dresser par douzaines des statues et des niches vouées à la Vierge du Carmel, de toutes les tailles et de tous les styles. Autre surprise: les souvenirs de St Joseph, reconnu comme le gardien de la bonne route. Jamais encore je n=avais vu le patriarche de Nazareth glorifié à ce point sur les routes. Et personne ne toucherait, personne ne profanerait ces symboles religieux si expressifs. C=est plutôt avec respect que les passants se mettent à prier quand ils les aperçoivent, et les conducteurs de véhicules font un signe de croix. C=est que la religiosité des Antiochiens doit être profonde. Quant aux maisons de la campagne, elle sont généralement ornées de fleurs pendant aux murs. Ajoutons que, pour parer au terrorisme, la surveillance militaire est toujours forte sur les routes. En résumé, disons que l=Antiochie est belle, animée, grandiose, organisée, inventive.

Medellin, la capitale, est la seule ville de Colombie qui pourrait se comparer, et peut-être défier Bogotà, la capitale du pays. C=est une métropole de trois millions d=habitants. Et son tout nouveau Amétrocable@ n=est pas seulement un orgueil local. C=est une oeuvre d=avant-garde et intelligente. Ce funiculaire aérien vous fait passer de la lointaine périférie du quartier de La Commune au centre de la ville en quelques minutes; ce qui a donné à une zône déprimée de se renouveler sociologiquqment. Nulle part dans le monde je n=ai vu un métro plus propre et plus attrayant que celui de Medellin. Ce doit être un fruit de l=éducation civique assurée par l=université d=Antioche.

 

 

Voici bien longtemps que la Vierge du Carmel a marqué cette région d=une présence significative.Dans le quartier de Manrique, on remarque l=imposante église des Carmes, néo-gothique, visible de partout sur la pente de la colline. Le temple est dédié à l=Immaculée; la paroisse s=est ouverte en 1961. Elle a aussi son culte au Seigneur des Miséricordes. Par ailleurs, il est intéressant de noter l=effort pastoral de la AMaison thérésienne@, fondée voici dix ans à l=ombre du Carmel voisin de Medellin-la Mansion. C=est sous la direction du P. Carme John Jairo que la prière liturgique est organisée, et l=adoration eucharistique assurée 24 heures par jour.

En 1952, le Séminaire carmélitain de Sonson s=est transféré au vaste domaine de Monticelo, à El Poblado. C=est là que se forment les aspirants au Carmel. Ils sont 20 cette année: 17 pour la Colombie et 3 volontaires pour l=Equateur. Il y a aussi une maison de spiritualité. Grâce aux nouvelles constructions, on a même pu ouvrir Al=hôtellerie Monticelo@ pour l=assistance spirituelle aux touristes et l=accueil de certains groupes de congressistes. A 42 kms de Medellin, à la Ceja, (le Vatican d=Antioche, à cause de ses nombreuses maisons religieuses), un jeune Carme colombien, Andrés Jaramillo, amorce actuellement une sérieuse expérience contemplative, en profonde communion avec son évêque et quelques compagnons engagés.

Medellin a son Carmel depuis 1791: c=est le monastère de La Mansion, déjà cité. Dans le passé, il a déjà donné naissance à 4 fondations. L=édifice est solide et élégant, la communauté jeune. A Antioche, nous avons aussi le Carmel de Girardota, venu ici en 1991, de Poblado où il s=était fondé en 1900; un autre à La Ceja depuis 1912 (avec 6 jeunes de voile blanc: qui pourrait en dire autant ?) Et un autre à La Estrella, de 1959. Dans tous ces monastères, j=ai noté une grande vitalité, due aux nombreuses vocations jeunes de notre temps. Et puis l=Association des Carmélites colombiennes traite actuellement la fondation de deux nouvelles maisons: à Carthagène et à Garagoa..

 

Enfin Sonson !

 

Cette localité se trouve au coeur de l=Antiochie, à 110 kms de Medellin. Son nom m=est familier depuis mon enfance, vers 1945, quand mon premier frère Carme, après ses études en Espagne pour le sacerdoce, se vit envoyer à Sonson, où il prit la direction du Séminaire carmélitain. Plus tard, en 1969, il devait retourner là-bas comme premier curé de paroisse. Dans ses premiers temps, il nous impressionnait par les lettres qu=il nous adressait, nous découvrant une réalité presque inconcevable pour des Espagnols, à la fin de la seconde guerre mondiale.

La route de Medellin à Sonson est en zigzags. Comptant toutes les courbes, quelqu=un a trouvé plus de 1000 virages. Mais le charme du paysage est des plus remarquables que j=ai trouvés de toute ma vie. C=est calme, reposant, on ne cesse d=y découvrir de nouveaux horizons de montagnes, de collines et de vertes prairies.

 

ASonson te salue !@ est-il dit sur l=arche à l=entrée; aussi nous entrons avec respect. On sait qu=en son temps la ville fut la capitale du département, qu=elle eut sa propre banque, qu=elle a vu naître des personnages importants. Elle aurait bien pu devenir une nouvelle Villa de Leyva, si elle avait su mieux conserver son patrimoine de richesses coloniales. Sa cathédrale, jadis célèbre, a été restaurée en style moderne, à la suite de séisme de 1962. Mais il n=y a pas de train, pas d=accès à aucune route nationale importante. Ses montagnes sont sa beauté et ses limites. Donc une ville en décadence. Elle a aujoiurd=hui 40 000 habitants, ce qu=elle avait déjà voici 50 ans.

Nous faut-il entonner une élégie sur Sonson ? Non. Sonson garde encore ses charmes. Si nous nous fixons sur ce qu=il y a d=attrayant et de durable, nous trouvons avant tout ses habitants: citadins ou paysans, leur accueil et leur compagnie sont quelque chose d=exquis. Chaque samedi, les paysans descendent à cheval de leur village pour le grand marché. Ils profitent de ce déplacement pour traiter leurs affaires et faire leurs achats. Alors la place et les rues connaissent une animation bruyante et joyeuse. Et la fête populaire le plus importante, c=est la célébration du maïs.

Une caractéristique qui n=a rien perdu de son importance ici, c=est le Carmel; je veux dire: la Vierge du Carmel, l=église du Carmel, les Carmes. A Sonson et dans les environs, la Vierge du Carmel signifie religiosité, ardeur, folklore, fête, patriotisme, inspiration, initiative. Le Carmel est une monnaie qui ne connaît pas la dévaluation.

 

Le cimetière de Sonson est presque monumental, mais toujours accueillant et recueilli. A 2 450 m. d=altitude, on jouit d=un climat frais et salubre. La grande place est ouverte et riche en couleurs, avec ses grandes maisons flanquées de balcons. Et les patios intérieurs de certaines de ces demeures n=ont rien à envier à ceux d=Andalousie pour ce qui touche à la beauté, l=harmonie ou la décoration. Dans toute la zone urbaine, les rues étroites sont asphaltées ou bien empierrées.

Parmi les musées, on remarquera Ala maison des aïeux@. C=est une excellente présentation du passé historique avec ses multiples facettes: des photographies innombrables, des instruments relatifs à la technique, à l=habitat, à la campagne, à tout ce qui a pu servir dans le passé. L=ensemble est d=une grande valeur ethnographique, archéologique et historique.

La fondation carmélitaine a sa saveur propre. C=est le second couvent de Carmes en Colombie, contemporain de celui de Frontino (1914), après l=implantation à Villa de Leyva en 1911. Une chronique des premiers temps nous décrit Sonson comme la ville la plus catholique et la plus fervente de l=Antiochie: Ales communions quotidiennes y sont plus nombreuses chez les hommes que chez les femmes@.

L=église du Carmel est de style néo-gothique, d=inspiration espagnole, très claire et bien restaurée. L=aiguille de la tour a été construite en 1938. Le retable principal se distingue par ses moulures en bois doré. La statue de la Vierge du Carmel, officiellement couronnée en 1951, paraît être une oeuvre de Font, le célèbre sculpteur catalan.

Le domaine des Carmes se trouve dans la partie la plus pauvre, appelée ALa Calzada@ (La Chaussée). Le patio intérieur est harmonieux et agrémenté de fleurs. L=ancien collège des aspirants (1941), transformé en collège supérieur carmélitain en 1954, est devenu aujourd=hui un foyer pour jeunes filles de la campagne, un Centre dirigé par les Carmélites thérésiennes de St Joseph. La communauté actuelle se compose de José René Sierra, William Bustamante, Humberto Làzaro Henao et Richard Bayona, un diacre qui doit être ordonné prêtre prochainement. Ils offrent leur attention pastorale à 15 000 paroissiens, non sans avoir commencé leur journée aux pieds de la Vierge du Carmel par le chant des Laudes en compagnie des 6 missionnaires de Ste Thérèse, et de quelques fidèles venus participer à cette prière du matin, enveloppés dans leur Aponcho@.

Le labeur pastoral inclut plusieurs oeuvres sociales. Grâce aux contributions des pèlerins lors des fêtes du Carmel, il a été possible de construire 32 habitations pour des familles nécessiteuses; d=où un nouveau quartier: Ale Carmel@. D=autre part les Pères. à partir de la paroisse, prêtent attention à une vingtaine de hameaux plus ou moins éloignés, qui leur sont accessibles en voiture, à cheval ou à pied.. C=est donc un très vaste champ ouvert à l=évangélisation, et qui va des petites écoles rurales aux centres de mission pour adultes. Tous ces hameaux sont visités périodiquement, suivant des tours établis pour chaque dimanche.

Une initiative originale est celle de la AMaison-atelier@, qui voudrait arracher les femmes au danger de la rue et offrir un accueil aux enfants des mères célibataires, trop souvent abandonnés. Cette oeuvre paroissiale est assurée, elle aussi, par les missionnaires de Ste Thérèse, une Congrégation colombienne fondée en 1929 par Mgr Miguel Angel Builes à Santa Rosa de Osos.

Au cours du mois de décembre, un escadron composé d=une centaine d=évangélisateurs, donc de prêtres, religieuses et religieux. catéchistes, laïcs engagés, etc...a participé à la Amission@ de Sonson et de sa région, avec la visites des endroits les plus éloignés. Enfin, une dernière oeuvre sociale à signaler au compte de la paroisse: c=est ALe Ropero@ (magasin) qui offre des vêtements à prix réduits. Notons encore que le Fr.Humberto Làzaro Henao assure son apostolat d=assistance aux pauvres avec un charisme tout personnel: Qu=est-ce qui le distinguerait d=un St Martin de Porres ?

 

Tout bien considéré, nous pouvons affirmer que Sanson, en Antiochie de Colombie, est vraiment une réalité missionnaire du Carmel latino-américain.

 

     
 [
 English] [ Italiano] [ Español] [ Français ] [ Deutsch]
[ ] [  ]

Updated 08 ott 2007  by OCD General House
Corso d'Italia, 38 - 00198 Roma - Italia
 ++39 (06) 854431  FAX ++39 (06) 85350206